Discussion autour du topos « Coucherie par substitution ». Madeleine Jeay

Le texte qui suit est une invitation à discuter autour du topos de la COUCHERIE PAR SUBSTITUTION. Il résulte de deux articles parus dans les publications de la Sator :

« Ruse ou obsession ? La ‘coucherie par substitution’ dans les Cent nouvelles nouvelles », dans Écritures de la ruse, éd. Elzbieta Grodek, Amsterdam/Atlanta: Rodopi, 2000, p. 297-307.

« Combinatoires médiévales à partir du mythe de la naissance du héros », dans Imposture et fiction dans les récits d’Ancien Régime, éd. Nathalie Kremer, Jean-Paul Sermain et Yen-Mai Tran-Gervat, Paris, Hermann, 2016, p. 119-135. 

Ma réflexion sur ce topos est partie du rôle important que joue dans les Cent nouvelles nouvelles cette situation où quelqu’un devient partenaire sexuel de l’un des deux membres d’un couple auquel il se substitue à son insu ou à celui des deux.

À la suite de la présentation des points soulevés, vous trouverez une série de questions auxquelles vous êtes invités à répondre.

1. Les Cent nouvelles nouvelles : le principe de la combinatoire des situations autour de la coucherie par substitution

Dix-neuf des cent nouvelles exploitent les variantes possibles du quatuor épouse, mari, servante et amant, parmi ceux-ci les inévitables hommes d’église, moines et curés.

Les variations apportées au triangle de base ‒ personnage substitué, personnage qui se substitue et objet de la substitution ‒ portent sur le sexe des acteurs, la conscience que les partenaires ont ou pas de ce qui se trame, l’identité des personnages.

La situation topique de substitution de partenaire sexuel pour l’imaginaire médiéval est celui de la servante Brangien dans le lit du roi Marc à la place d’Iseut lors de la nuit de noces.

Quatre nouvelles du Décaméron de Boccace, hypotexte des Cent nouvelles nouvelles, correspondent à un scénario de coucherie par substitution : les journées 3, nouvelle VI ; 4, N II ; 8, N IV ; 9, N VI.

Topoï relatifs à la substitution :

Substituer partenaire femme

  Substituer partenaire homme

Substituer partenaire clergé

Substitution partenaire surnaturel : sacré / démoniaque /

Sous catégories : Partager partenaire sexuel

Vengeance par substitution

2. L’une des nouvelles met en scène une situation de théogénèse : Substitution par partenaire surnaturel : sacré / démoniaque

Cnn, N14 :

Un ermite de Bourgogne, un « saint hermite », hypocrite et luxurieux, a jeté son dévolu sur la fille d’une veuve. Il vient la visiter de nuit, se faisant passer pour un ange de Dieu envoyé par le Créateur afin d’engendrer un enfant qui sera pape et apportera la paix dans l’Église. Lorsqu’au matin, la veuve vient lui demander conseil avec sa fille, il leur recommande de se méfier, car cette vision peut être l’œuvre du diable. Il recommence l’opération le soir suivant, puis une troisième fois, après quoi la jeune fille tombe enceinte. Sa mère ne peut se retenir de confier le miracle à la voisine qui colporte la nouvelle. C’est malheureusement une fille qui naîtra et l’ermite devra s’enfuir.

L’hypotexte chrétien des situations de théogénèse est l’Annonciation, la visite de l’ange à la Vierge

Comme dans les autres situations de « coucherie par substitution » des Cnn, le topos se déploie selon une combinatoire qui fait appel au principe de la permutation des composantes, en l’occurrence celle de la puissance spirituelle fécondante : le diable prend la place de l’ange. La conception de Merlin issu d’une mère humaine et d’un père diabolique, sert de référence pour l’univers romanesque médiéval.

Dans le roman de Robert le Diable, la duchesse du duc de Normandie, lassée que ses prières pour avoir un enfant restent sans réponse invoque le diable. Le fils qui naîtra à la suite de l’intervention diabolique fera régner la terreur jusqu’à ce qu’il se repente.

Selon la perspective que l’on privilégie, la situation dont relève cet ensemble de motifs peut relever des topoï suivants, du plus général au plus spécifique :

1. Prière à Dieu d’un couple stérile. Exemples de ce topos : Abraham et Sarah

2. Enfant surnaturel, divin ou diabolique, accordé à un couple stérile

4. Pouvoirs exceptionnels conférés à un enfant divin ou diabolique

5. Pouvoirs bénéfiques ou maléfiques conférés à un enfant conçu par le diable.

Une deuxième situation de permutation de composantes est celle de la puissance surnaturelle fécondante passant par un enchanteur

1. Naissance d’Alexandre le Grand. Tromperie exercée par l’enchanteur Nectanébo qui s’unit à la reine Olympias, femme du roi Philippe de Macédoine, pour répondre à la crainte qu’elle a d’être répudiée : il la persuade que de son union avec le dieu Amon de Lybie naîtra un fils qui la défendra. Il provoque un rêve où elle voit Amon l’enlacer et lui dire en se levant d’auprès d’elle : « Femme, tu portes en ton ventre un enfant mâle qui est ton vengeur. »

Le Roman d’Alexandre établit une connexion entre la substitution d’un être surnaturel à l’époux et les topoi qui tournent autour de la bâtardise : Révéler bâtardise

2. L’exemple emblématique de « coucherie par substitution » faisant intervenir un pouvoir surnaturel est celle qui a présidé à la naissance du roi Arthur. Grâce à son pouvoir magique, Merlin a donné au roi de Bretagne Uther Pendragon, l’apparence du comte de Cornouaille afin qu’il puisse séduire son épouse Ygerne.

3. Le modèle des auteurs médiévaux, Geoffroy de Monmouth dans l’Histoire des rois de Bretagne et à sa suite, Wace dans le Roman de Brut, est celui d’Héraklès, le bâtard divin de la mythologie grecque, fruit de l’adultère de Zeus avec Alcmène qu’il a trompée en prenant l’apparence de son époux Amphitryon.

3. Autres occurrences romanesques de la coucherie par substitution

1. Continuation Gauvain : le roi Caradué de Vannes est berné par l’enchanteur Éliavrés au cours des trois premières nuits de ses noces avec Ysaive de Carahés. L’enchanteur, amoureux de la jeune fille, transforme une levrette, puis une truie et en troisième lieu une jument en une belle femme avec qui couche le roi, alors que lui-même partage le lit de son aimée et conçoit un garçon qui portera aussi le nom de Caradué.

2. Orson de Beauvais. Hugues, qui se présente comme un ami fidèle du duc Orson de Beauvais, n’a qu’une chose en tête, l’éliminer, évincer son fils, épouser sa femme et s’emparer de son territoire. Il fomente donc l’imposture suivante : alors qu’Orson est couché près de sa femme, il s’adresse à lui en prétendant être un ange envoyé par Dieu pour qu’il prenne la croix et aille combattre les infidèles en Terre Sainte. Hugues qui veut l’accompagner pour pouvoir se débarrasser de lui, prétend par ailleurs avoir reçu le même message de la part d’un ange.

À partir de ces exemples, la discussion pourrait se prolonger dans deux directions :  une réflexion sur le fonctionnement de la topicité dans l’écriture narrative ; les autres occurrences de ce topos.

Questions concernant le fonctionnement de la topicité dans l’écriture narrative :

1.  Dans quelle mesure le principe de la combinatoire des situations avec permutation des composantes est-il représentatif de l’écriture topique ?

2. Un autre principe de l’écriture topique est celui de l’enchaînement. L’exemple de la COUCHERIE PAR SUBSTITUTION débouche sur au moins deux séries : 1) la conscience de la personne “abusée” de ce qui s’est passé après le fait conduit à des situations de vengeance ; 2) les cas de théogénèse sont reliés à des séequences de topoi : stérilité de couples qui désirent un enfant ; leurs prières éventuellement déçues à cet effet ; intervention d’un enchanteur ; bâtardise associée au pouvoir exceptionnel de l’enfant.   

La théogénèse et ses variantes dans les situations de partenaire surnaturel pose la question du substrat mythique de certains topoï.   

Cette question débouche sur celle du rôle joué par des exemples qui ont servi de référence pour un certain nombre d’œuvres : la visite de l’ange ou du diable, la naissance d’Héraklès ou d’Arthur, la nuit de noces du roi Marc, le Décaméron de Boccace.  

Cette présentation se conclut sur un appel

  1. à occurrences sur la longue durée avec la question sous-jacente d’observer les manifestations du topos dans la diachronie
  2. à des topoi connexes auxquels peut être reliée la coucherie par substitution et aux occurrences qui leur sont reliées