La SATOR est en deuil

 La SATOR est en deuil. En l’espace d’une année trois d’entre nous nous ont quittés :  Stéfan Sinclair en août 2020, Eglal Henein le 30 avril 2021 et, tout récemment, le 1er septembre 2021,  Daniel Maher. Tant de décès en si peu de temps ! Et sur plusieurs générations, entre Eglal Henein, qui avait été avec Henri Coulet et Nicole Boursier à l’origine de la SATOR et Stéphan et Daniel qui sont partis bien trop jeunes, tous deux victimes de ce que l’on nomme avec pudeur « une longue maladie ».

Le décès si brutalement soudain de Daniel Maher il y a quelques semaines à peine nous a tous profondément bouleversés et nous avons encore de la peine à nous dire qu’il n’est plus parmi nous. Depuis le début de la pandémie le bureau de la SATOR s’est souvent réuni en ligne et nous avons pu travailler ensemble certes par écrans interposés, mais comme si les distances étaient miraculeusement abolies. Daniel a toujours été très présent et très actif pendant ces longues conversations. Sa connexion était si bonne que nous avions l’impression qu’il nous parlait depuis une pièce tout à côté. Il a joué un rôle essentiel dans tous nos débats actuels. Non seulement par toutes ses initiatives, par les contacts qu’il avait avec l’université de Victoria, lui qui savait parler aux informaticiens et que les informaticiens comprenaient – mais aussi par son travail patient, obstiné et discret. De nous tous il a été de loin celui qui a travaillé le plus en continu. Il a même investi la totalité de son temps disponible. Patiemment, il s’est attaché tous les jours à nettoyer des textes récupérés en ligne et libres de droit afin que  puissions avoir à notre disposition un corpus suffisamment large pour une nouvelle base interactive et ainsi améliorer le repérage topique. Il ironisait sur sa situation, qui l’obligeait à se protéger tout particulièrement et à rester enfermé chez lui comme un moine dans sa cellule. Il disait en riant – de ce rire si limpide qui n’appartenait qu’à lui –  qu’il aimait faire ce travail de détail et pour nous convaincre de sa conversion monastique il s’est un jour laissé pousser la barbe. Le jour où il est apparu ainsi sur l’écran, nous nous en sommes tous amusés et il a franchement ri avec nous.  Et tandis que, suite au décès de Stéphan Sinclair nous n’avions plus accès à SATORBASE, au moment même où nous entamions notre réflexion sur sa restructuration, il a patiemment cherché et a fini par en dégoter une version archivée relativement récente sur un serveur de McMaster.  Nous avons tous encore dans nos boîtes mail son message du 3 octobre 2020 intitulé « Eureka ! » : « En cherchant le texte de Jan Herman pour répondre à une question de Jean-Pierre, je viens de trouver non seulement le texte de Jan mais une version fonctionnelle archivée de Satorbase du temps de Stéfan à McMaster (2011?). Tout est là, les topoï, les occurrences, les œuvres, les catégories, les outils théoriques. On n’a pas les entrées des 9 dernières années mais c’est tout de même une grosse trouvaille ». Nous avons tous encore tant de messages de lui dans nos boîtes mail. Et ce jusqu’à quelques jours avant la fin. En juin il avait encore participé à notre atelier SATOR et avait été pris de douleurs. Mais revenu peu après il nous a rassurés. Tout Dan est là. Nous ne l’avons jamais entendu se plaindre une seule fois. Et c’était plutôt lui qui nous demandait comment nous allions. Jusqu’au jour où il envoya à Madeleine Jeay, en la priant de le faire suivre à quelques-uns d’entre nous, un message annonçant une aggravation de son état de santé, qui nous avait glacés Nous aurons beaucoup de peine à nous faire à sa disparition si rapide. Elle nous a tous pris de court et pourtant nous aurions tous aimé pouvoir lui dire Adieu, ou peut-être aurions-nous pu nous souvenir de Duchamp envoyant à Picabia mourant un télégramme : « Cher Francis, à bientôt ».

Nous nous souvenons aussi avec beaucoup d’émotion de Stéfan Sinclair. Lui et Dan partageaient la même clarté d’âme, la même transparence. Le sourire inoubliable de Stéfan, la clarté de son regard, ses petites remarques ironiques mais pleines de gentillesse sur la lenteur avec laquelle nous avons alimenté ce monument de l’histoire de la SATOR  qu’est SATORBASE, qu’il avait créée, sa grande générosité, son talent et la facilité avec laquelle il manipulait l’informatique et la patience avec laquelle il tentait de nous expliquer son travail, ses projets et ses visions ont encouragé la SATOR à ne pas abandonner malgré le manque de disponibilité chronique de tant d’entre nous.  Madeleine, Dan, Hélène, ont étroitement travaillé avec lui et la SATOR arrivera peut-être un jour là où lui était en esprit depuis déjà bien longtemps. A lui et à Dan nous devons tellement ! Et pourtant, nous allons devoir nous habituer à avancer sans eux…

Et qui ne se souvient du visage rieur d’Eglal, de son rire jeune et joyeux, de sa gentillesse extrême ? Comme Dan, elle s’est consacrée à la fin de sa vie à un travail silencieux, patient, obstiné et le portail « Deux Visages de L’Astrée » auquel elle a si longtemps travaillé est un véritable monument qu’elle lègue à tous avec une générosité dont témoigne bien la très longue liste de remerciements qu’elle y a insérée. A la mort d’Henri Coulet, elle s’était chargée de récolter nos témoignages. L’hommage au fondateur de la SATOR qui se trouve sur ce site est le fruit de son attention. Si son état de santé l’a empêchée de se déplacer pour assister aux colloques de la SATOR des dernières années, elle est toujours restée très proche et très attentive à tous nos débats.

Tous trois nous manquent beaucoup. Nous leur sommes tous infiniment reconnaissants d’avoir assuré depuis longtemps par leurs initiatives les bases sur lesquelles pourront s’appuyer de nouvelles recherches et d’avoir ouvert  ainsi la voie à  une insertion plus forte de la SATOR  dans le mouvement des humanités numériques,  désormais présent sur tous les continents.