Henri Coulet

Hommage à Professeur Henri Coulet (1920-2018)

Un maître, c’est celui qui rend possible ce qu’on croyait impossible.
Un maître, c’est celui qui découvre en vous des qualités que vous ignoriez.
Un maître, c’est celui qui ouvre une porte que vous n’aviez pas vue.

À la SATOR, nous sommes tous les disciples d’Henri Coulet.
Ce n’est pas ici le lieu pour énumérer les travaux d’Henri Coulet – on trouvera la
bibliographie ailleurs dans la revue. Je rappellerai simplement que l’Académie française a
salué deux de ses œuvres : Le Roman jusqu’à la Révolution en 1968 avec le Prix
Broquette-Gonin, puis en 1976, avec le Prix André Barré, Marivaux romancier. Henri
Coulet a abondamment contribué à la diffusion des études dix-huitiémistes puisqu’il a été
Directeur de publication aux Éditions Desjonquères depuis les débuts de cette maison, en
1983.


Peut-être parce qu’il est né en 1920 dans une colonie française (Bamako était la
capitale du Soudan français, le Mali d’aujourd’hui), Henri Coulet a toujours su
comprendre et accueillir les expatriés venus de tous les horizons. Peut-être parce qu’il a
eu 20 ans pendant la deuxième guerre mondiale, Henri savait apprécier le présent – je me
souviens de sa gaieté lors d’un repas d’huîtres sur une plage. Peut-être parce qu’il a dû
résister au STO (Service du travail obligatoire) et à la conscription obligatoire de 1942,
Henri Coulet a conservé un sens aigu du devoir. Je connais peu de professeurs qui aient
su lire et commenter les textes qu’on leur soumettait avec autant de célérité et de sincérité.


J’ai eu la chance de travailler longtemps avec Henri Coulet et donc de bénéficier de ses
vastes connaissances. Dans ce numéro consacré au Mentorat – le hasard fait bien les
choses -, j’aimerais partager quelques souvenirs avec vous pour les préserver encore un
peu de temps.


J’ai connu Henri Coulet en 1967 quand j’ai eu l’audace d’envoyer à celui qui était encore
Chargé d’enseignement à Aix-en-Provence un chaleureux message de félicitations pour
son Roman avant la révolution. Des multiples rencontres qui ont suivi je retiendrai (dans
le désordre) quelques moments forts qui décrivent la générosité, la gentillesse,
l’inépuisable érudition et l’étonnante modestie d’Henri Coulet.


Souvenir 1 : Henri et son épouse, Pierrette, insistent pour m’emmener en Forez alors que
je me cantonne dans les pages du roman d’Honoré d’Urfé. Henri sait me montrer des
paysages verdoyants et les décrire avec la sensibilité et le lyrisme d’un lecteur de
Rousseau.


Souvenir 2 : La scène est à Paris, près de la Nationale. Mai 68 s’annonce. Henri Coulet,
plein de sollicitude et de sagesse, discute avec son fils, Jean-Jacques, et moi. Cette fois,
c’est l’habileté souriante de Marivaux qu’il sait mettre en pratique.


Souvenir 3 : À Yale University, pendant un de ces grands colloques dont les dix-
huitiémistes ont le secret, Henri est entouré d’une cour évidemment. Il a l’art de calmer
toutes les tensions – avec un humour que je n’ose pas qualifier de voltairien – sachant
combien Henri tenait Voltaire à distance !


Souvenir 4 : Plusieurs épisodes ont pour cadres des bibliothèques. Il s’agit de recherches à
faire. Où est-ce que Sorel a écrit : « Dans une vraie description, il faut tout dire » ? Quelle
est la meilleure préface des Amadis ? Qui pourrait être la Dame sans nom de L’Astrée ?
Quel signe de ponctuation figure après telle ou telle réplique du Neveu de Rameau dans le
manuscrit de la Pierpont Morgan Library ? Est-ce que certains romanciers se sont inspirés
directement de L’Odyssée ? Henri s’intéressait à des milliers d’œuvres et les étudiait avec
une grande conscience.


Ma dernière remarque rappelle la genèse de notre association. La SATOR est sortie
d’une phrase du Roman avant la révolution :


«Faute de règles et de grands modèles, ce genre neuf [le roman] s’était forgé des recettes
qu’il faudrait inventorier ; il y a une thématique du roman, qui offre aux romanciers des
types de situations et d’intrigues, enfants supposés, orphelins retrouvant leurs parents,
filles enlevées et séquestrées, combats singuliers, naufrages, séjours chez les pirates, chez
les peuples sauvages, dans des Îles inconnues, etc., et une rhétorique du roman,
comportant récits dans le récit, portraits, descriptions, conversations, maximes … »
(Paris, Armand Colin, 1967, I, p.12-13).


Avant de conclure, je cède la parole à d’autres Satoriens :


Marta Teixeira Anacleto (Université de Coïmbra) :


Au colloque de Montpellier : « Il était là tout le temps, d’une intelligence vive et fine,
d’une érudition sans bornes. Un véritable « thésaurus » pour nous tous » (14 décembre
2018).


Jean-Pierre Dubost (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) :


« J’ai toujours profondément admiré sa rectitude, la très grande précision de ses
recherches et son immense mémoire. Il était une bibliothèque vivante, cela m’a toujours
impressionné. Et comme tous les grands chercheurs il était d’une très grande modestie. C’est une grande perte pour nous tous « satoriens », qui lui devons tout, et qui étions
étroitement en contact avec lui pendant des années » (12 décembre 2018).


Jan Herman (Université de Louvain) :


« J’ai appris avec émotion le décès d’Henri Coulet, alors que je me demandais il y a juste
un jour s’il serait opportun de lui dédier mon dernier livre. Je retiens d’Henri Coulet son
ouverture aux jeunes, qu’il écoutait avec intérêt et patience et qu’il savait encourager au
moment où ils sont fragiles, inquiets ou incertains. Je garde de lui un souvenir plein
d’admiration et surtout de tendresse. J’ai aussi une pensée pour madame Coulet et
monsieur Jean-Jacques Coulet. Qu’ils sachent que le souvenir de leur époux et père ne
s’éteindra pas si vite dans nos âmes et qu’aussi longtemps que nous nous souvenons
d’Henri Coulet, il est encore parmi les vivants » (11 décembre 2018).


Merci Monsieur Coulet. Reposez en paix.


Eglal Henein
Tufts University

https://journals.uvic.ca/index.php/sator/article/view/18699/8025