Mise à l’épreuve de SATORBASE par la lecture du Décaméron. Jean-Pierre Dubost

Avec commentaires de M. Jeay et D. Maher intégrés dans le corps du texte et réponse globale de J.P. Dubost en fin de texte.

  1. OBJECTIFS DE l’ANALYSE

On se propose ici d’interroger l’un des réservoirs narratifs les plus riches de la littérature européenne, le Décameron de Giovanni Boccaccio, en se limitant en un premier temps aux dix premières nouvelles (celles de la première Journée).

La démarche est la suivante : il ne s’agit pas seulement de vérifier si tel ou tel topos qui apparaît à l’analyse du texte était déjà identifié comme tel et présent sur SATORBASE[1] qui était le miroir et la toile de fond de notre méthode d’analyse,  mais encore et surtout de questionner et de mettre à l’épreuve à la lumière de cette lecture nos méthodes de formalisation et d’analyse de topoï narratifs.

Les réflexions et analyses qui suivent ont donc un double horizon :

  1. Poursuivre la réflexion sur le travail de repérage, la dénomination et l’analyse topique qui n’a jamais cessé depuis le début des travaux de la SATOR ;
  • Actualiser cette réflexion dans le contexte des discussions en cours autour du renouvellement à apporter à l’architecture et aux fonctionnalités de notre base de données. 

Les questions soulevées sont les suivantes :

  • Quels nouveaux topoï est-il possible de générer grâce au repérage et à l’analyse topique de ces nouvelles ?
  • L’analyse permet-elle de détecter et de mettre en évidence des imprécisions voire des incohérences dans certaines dénominations topiques telles qu’elles étaient présentes sur SATORBASE ?  Quand une lacune apparaît, à quoi est-elle due :  à un oubli ou à un problème de catégorisation ? Telle ou telle lacune détectée permet-elle de mettre en évidence toute une zone de flou dans la liste déjà existante ? Telle ou telle dénomination proposée soulève-t-elle des problèmes de méthodologie largement applicables ailleurs ?

La démarche consiste donc à lire ce texte majeur comme miroir critique de notre propre travail de repérage et de définition. 

Une place importante est accordée à la réflexion sur la nature multiple d’un topos, dont l’existence dépend non pas d’une structure sous-jacente supposée ou de telle ou telle catégorie pré-existante dont il serait la réalisation, mais de l’angle d’attaque et du « pouvoir de résolution » de la lecture.  Car souvent la même séquence narrative peut être « éclairée » différemment et chaque éclairage permet de faire apparaître et de générer un topos différent. Il y a ainsi plusieurs topoï pour une même séquence.

La réflexion, ici circonscrite à la première journée du Décameron, sera poursuivie ultérieurement.

Généralement les topoï découverts sont supposés et à confirmer par d’autres occurrences. Ce travail est donc expérimental. C’est l’expérience de l’intuition satorienne qui le guide comme c’est le cas chaque fois qu’elle nous dit : « ceci est un topos » sans que nous puissions en exhiber en même temps les autres occurrences. D’où l’aide précieuse que pourra nous apporter une banque de donnée intelligente et l’appel à confirmation par la recherche d’occurrences (signalé par le symbole ►).  Souvent aussi il y a hésitation, et donc appel à discussion

2. DÉROULEMENT DE L’ANALYSE

L’exposition est la suivante, de la première à la dixième nouvelle de la première journée :

  • Résumé de la nouvelle ;
  • Remarques, suggestions et analyses ;
  • Conclusions théoriques et pratiques;
  • Commentaires de M. Jeay et D. Maher intégrés à l’endroit du texte concerné (en gras et en italiques) avec réponses de J.P. Dubost.
  • Réponse globale de J.P. Dubost aux commentaires de M. Jeay et D. Maher (à la fin).

Deux annexes sont données :

  • la liste des 16 nouveaux topoï proposés.
  • une liste de concepts opératoires en prévision de l’élaboration envisagée d’un  lexique.

Le texte de référence est la traduction française « nettoyée » par Daniel Maher (trad. F. Reynard, 1884). Le texte italien de référence est celui de l’édition BUR Rizzoli Classici, Mondadori, 2019.[2]

ANALYSE TOPIQUE DES NOUVELLES DE LA PREMIÈRE JOURNÉE

PREMIERE JOURNÉE

Première nouvelle

Résumé : Maître Cepparello, homme particulièrement fourbe et criminel, est envoyé marchander en Bourgogne par un commerçant de Florence afin qu’il y récupère des créances. En Bourgogne il tombe malade chez ses hôtes italiens qui savent eux très bien à qui ils ont affaire. Entendant ses hôtes parler de leur embarras de le voir tomber malade chez eux et des ennuis que cela leur causera étant donné la réputation de Maître Capperello, celui-ci leur demande de faire venir un confesseur. Le cœur du récit est la farce de sa confession. Quand le malade décède, le confesseur crédule demande à son Abbé d’enterrer dans l’église du couvent le saint homme en espérant que grâce à lui « le Seigneur fera beaucoup de miracles ».  L’Abbé prononce son éloge lors de la cérémonie funèbre et son corps est enterré dans l’église. Le bon peuple vient en pèlerinage le vénérer : « on affirme que Dieu a opéré par lui de nombreux miracles et en opère chaque jour en faveur de qui se recommande dévotement de lui ». Un épilogue accuse encore plus l’ironie du récit.

Analyse de la dimension topique du récit :

Topos d’imposture ou de tromperie ? Lacunes de Satorbase apparaissant à la lecture de la nouvelle.

Les lacunes qui existent encore sur SATORBASE peuvent provenir d’un problème de définition catégorielle. Il y avait bien dans SATORBASE[3] des topoï relevant de la tromperie, que l’on pouvait détecter à partir du mot-clé TROMPER, mais la catégorie d’imposture n’existait pas. De fait, le bref résumé précédent la nouvelle parle bien d’une fausse confession (falsa confessione) par laquelle le personnage « trompe un saint moine au moment de mourir » (inganna un santo frate a muorsi). En fonction de la manière dont le découpage topique se fait on pourrait hésiter entre l’un et l’autre. Or à mon sens c’est bien d’un topos d’imposture qu’il s’agit. Il   peut y avoir tromperie sans qu’il y ait pour autant imposture, et surtout les enjeux de la tromperie ne recoupent pas ceux de l’imposture. Le contexte de l’imposture implique un ascendant durable et une manipulation de la crédulité dans un contexte religieux et/ou politique, il implique aussi que l’imposteur abuse de son pouvoir, obtienne un succès collectif, et il suppose aussi une figure dénonciatrice, ce qui n’est pas le cas de la tromperie.[4]  La question de savoir si l’on range la scène topique décisive de cette nouvelle (la fausse confession) dans la première ou la seconde catégorie soulève des questions intéressantes. 

Repérage, découpage et dénomination topique :

Repérage, découpage et dénomination sont indissociables. Si l’ensemble de la nouvelle repose sur la thématique de l’imposture on peut clairement y repérer une configuration narrative précise, à savoir le récit d’une ruse de confession. Cepparello joue la comédie en se confessant, il se présente comme un saint homme et en rajoute, abusant de la crédulité du confesseur. Il est intéressant de noter que l’on trouvait sur SATORBASE un topos strictement inverse, à savoir REVELER_SECRET_SUR_ LIT_DE_MORT. A l’aveu de vérité s’oppose ici la fausse confession dans des conditions similaires (aveu avant de mourir). Mais ce qui importe ici, c’est qu’il s’agisse bien de confession au sens religieux. Plusieurs topoï de confession existaient sur SATORBASE, mais aucun dans ce contexte spécifique. De plus, ce qui est ici décisif, c’est que la « fausse confession » ne conduit pas seulement à une absolution, mais qu’elle déclenche une sanctification. Le scélérat devient un saint et devient l’objet d’une vénération populaire. C’est là que la tromperie devient une imposture. Si l’on fait la somme de tous les thèmes présents dans ce seul topos, on en voir apparaître la richesse interne. Cette configuration contient en effet les ingrédients suivants : 1. un méchant 2. la séquence de la confession à l’article de la mort 3. la crédulité du confesseur abusé par la comédie que le scélérat lui joue (qui représente une véritable petite pièce de théâtre au cœur de la nouvelle) 4. une absolution par le confesseur qui débouche sur une vénération de la part du peuple abusé à son tour (l’imposteur  abuse à la fois l’institution ecclésiale et les fidèles). Et il faut aussi la dénonciation finale de la crédulité des prélats et des fidèles, assurée en l’occurrence par l’ironie du récit.

Il y a là de toute évidence une dimension topique à plusieurs égards.  La thématique de la  fausse confession se retrouve dans Thérèse philosophe :  c’est l’épisode de la « confession » du père Dirrag.[5] Et le traitement de l’imposture par le biais d’une scène de confession se retrouve aussi dans le Dialogue entre un prêtre et un moribond de Sade, avec inversion de la problématique : chez Boccace c’est le mourant qui est l’imposteur, chez Sade c’est le prêtre en tant que représentant de la religion comme imposture. Mais dans les deux cas il y a dénonciation de la crédulité.

La délicate question de la dénomination.

Plusieurs dénominations semblent possibles pour ce topos :  MORIBOND_CONFESSION_MENSONGERE, FAUSSE_CONFESSION,  CONFESSION_D’UN_IMPOSTEUR,  PENITENT_IMPOSTEUR. Chaque fois l’éclairage diffère. Il ne s’agit pas seulement de formulations plus ou moins synonymes. Une seule et même situation, un seul et même segment textuel, peuvent générer plusieurs topoï en fonction de l’éclairage spécifique que la dénomination permet. 

La dénomination confession mensongère ou fausse confession devrait en tout cas être distinguée de confessions au sens profane et non religieux, qui apparaissaient dans certaines occurrences répertoriées sur SATORBASE, dont une confession à l’article de la mort (dans le Roman comique de Scarron). Mais il n’y a pas encore d’occurrence en rapport avec une confession devant un prélat.  C’est pourquoi le terme de pénitent permettrait de faire la différence. Donc : PENITENT_IMPOSTEUR ?  Mais s’agit-il d’une situation narrative récurrente ?

Occurrences à rechercher.

Si l’on met maintenant l’accent sur la stratégie narrative (éclairage de la situation narrative par une ironie du récit) on pourrait aussi envisager la dénomination CONFESSION-FARCE. Elle deviendrait alors topique car au moins commune à trois auteurs : Boccace, Boyer d’Argens et Sade. 

Commentaire  (M. Jeay) : Quelles sont les composantes du topos mises en évidence ? Je vois celles-ci : la supercherie / imposture ; la situation de confession : à l’agonie ou pas ; en situation religieuse ou profane.  

Comme suggéré ici, on pourrait voir dans cette situation la déformation parodique/ ironique du schéma de base sur le lit de mort où on s’attend à la piété.  

D’où ma question : sommes-nous dans une configuration que l’on pourrait décrire en termes de noyau topique et de détails ou bien de combinatoire des composantes comme je l’observe dans les Cent nouvelles nouvelles pour la « coucherie par substitution » ?   

Et la question connexe : jusqu’à quel point peut-on déterminer des topoï différents qui correspondraient à ces différents éléments de scénario ?   

La dimension topographique

Constatons d’ailleurs que la marque de cette nature ironique et comique se réalise chez Boccace par la réplication du comique dans l’action, générant alors un nouveau topos : celui de l’écoute (le fou-rire des hôtes de Maître Ceparello entendant derrière la porte la farce que le pénitent imposteur est en train de jouer). On peut alors envisager un éclairage du même épisode du genre « secret éventé » (écoute derrière une porte, un paravent, un rideau, conversations espionnées, ébats amoureux vus ou entendus etc.). Dans ce cas, le même topos contient alors une dimension topographique[6] : il y a une structure théâtrale et il est possible de rechercher des équivalents iconographiques. Or pour l’instant aucun des topoï de SATORBASE n’est relié à une topique « intermédiale » et la dimension topographique des topoï n’est pas répertoriée.

Un seul exemple permettra d’expliciter ce point : il existe dans SATORBASE un topos « ENTENDRE_DECLARATION_AMOUR », avec pour résumé « Le marquis, amoureux d’une comtesse mariée, entend par hasard, d’une pièce à côté, que son amour est partagé ». Or la dimension topographique du topos (on entend depuis une pièce à côté) disparaît ici dans la dénomination.

Il faudrait intégrer désormais la dimension topographique dans la dénomination topique quand elle est décisive. L’absence de marquage de la dimension topographique d’un topos n’est plus une lacune occasionnelle (comme l’absence de la catégorie d’imposture ou l’absence de prise en compte de la situation topique de la confession au sens religieux du terme), mais une lacune systémique.

Commentaire (D. Maher ) : La dimension spatiale me semble très utile – on a pour le moment SURPRENDRE _CONVERSATION_MAISON et SURPRENDRE_CONVERSATION_JARDIN  et la FORÊT surgit dans une poignée de topoï (5) mais il y a relativement peu d’occurrences qui indiquent un élément topographique. Une action (séquence narrative) a bien lieu dans un endroit. Dans quelle mesure ce lieu est-il lui-même déterminant et comment le topos de base change-t-il en changeant de lieu ? La MER par exemple est génératrice de topoï – lieu de danger – enlèvement naufrage combat pirates, etc. mais on ne voit pas beaucoup le mot dans nos topoï

Conclusions pour l’amélioration de SATORBASE

Variabilité de la dénomination topique, multiplicité topique.

Il y avait dans SATORBASE une rubrique catégorie dont le lien logique avec la liste des topoï n’était pas clair. Elle semblait supposer une sorte de soubassement catégoriel des topoï. Mais comme l’analyse de cette nouvelle le montre, un topos peut être éclairé de plusieurs manières. Sa dénomination n’est pas générée par une matrice narrative, elle découle de la signification que lui donne l’éclairage du texte et notre lecture. La dénomination topique n’est alors rien d’autre que l’effet de cet éclairage. 

C’est la conséquence de la multiplicité topique. Tout comme en physique (quantique) les phénomènes observés ne peuvent pas être définis indépendamment des instruments d’observation dont ils sont indissociables, l’éclairage que nous donnons à une situation topique donnée par la dénomination crée le topos dans une situation donnée.

Il y a donc plusieurs topoï possibles pour une même occurrence et la base de données évolutive que nous envisageons devrait avoir pour conséquence de permettre de créer sans cesse de nouveaux topoï indépendamment du nombre d’occurrence. Il ne peut pas y avoir de rapport 1 à 1 de topos à occurrence.  Conséquences pour la refonte de l’architecture de la base :  on devrait avoir la possibilité, à partir d’une occurrence, d’aller vers d’autres topoï. Cela brise l’unicité de la relation topos/occurrence telle que la base sur laquelle nous avons longtemps travaillé l’exposait. 

Deuxième nouvelle

On retrouve dans la deuxième nouvelle la thématique de l’imposture (voir remarques précédentes). Le commerçant juif Abraam, pressé par un autre commerçant de se convertir au christianisme décide d’aller voir à Rome comment les choses se passent. Après avoir été témoin de la dépravation de l’Église à Rome (thématique de l’imposture de l’Église), il se convertit à la grande surprise de son ami, au motif que malgré l’imposture de la papauté et des cardinaux les chrétiens restent fidèles à leur foi, preuve de sa grandeur.

Pas de topos repérable dans ce texte. ►Avis aux amis satoriens !

S’il y a récurrence, c’est au niveau de la thématique de l’imposture de la première à la seconde nouvelle : l’imposture des clercs dans I,2 est l’inverse et le complément de I,1 – crédulité des clercs.  Mais comme le topos est non pas un texte comme agencement complexe mais « un lieu du texte » (selon la formulation qu’avait donnée Jan Hermann dans « Qu’est-ce que le topos narratif pour la SATOR ? »),  on ne peut pas faire d’un thème un topos.

Troisième nouvelle

La « parabole des trois anneaux » constitue le contenu de la nouvelle. Saladin à court d’argent s’adresse à un juif d’Alexandrie, Melchisedec, et lui demande en même temps quelle est la vraie religion parmi les trois monothéismes. Flairant le piège, Melchisedech lui répond par « une petite nouvelle » (una noveletta). Un anneau transmis de père en fils permettait de décider quel fils serait l’héritier à la mort d’un père jusqu’au jour où un père qui avait trois fils et qui ne pouvait pas se décider a fait fabriquer trois anneaux identiques. Depuis ce jour, la question de savoir qui est le véritable héritier, conclut le Juif, reste ouverte, tout comme reste ouverte la question de savoir lequel des trois monothéismes est le vrai. La réponse satisfait Saladin qui accepte de se faire prêter de l’argent par Melchisedech et le lui rend ensuite. 

Cette « noveletta » relève à mon sens de la problématique de l’exemplum.On en trouve une deuxième occurrence chez Lessing (Nathan der Weise). La plupart du temps on ne lit Lessing que dans le contexte des Lumières, il est intéressant de répertorier    cette récurrence.   Mais un topos du genre  « EGALITE_DES_TROIS_MONOTHEISMES »  ne serait  pas une configuration narrative.  

Or une situation topique ressort du récit : un personnage se libère par un récit d’un piège qui lui est tendu. On la retrouve en I,3, I,5 et I,6. Topos proposé : REPLIQUE_LIBERATOIRE dont la définition en extension serait « un personnage se libère d’une emprise ou d’une injustice par une habile réplique ».

Quatrième nouvelle

Un jeune moine s’éprend d’une belle qu’il emmène dans sa cellule en cachette. L’abbé en passant devant sa cellule entend les ébats des deux jeunes gens. Le moine s’en doute et regardant par un trou voit l’abbé qui les épie. Le moine sort, va voir l’abbé et lui annonce qu’il va faire sa corvée de bois. Pendant ce temps l’Abbé pénètre dans la cellule pour savoir de qui il s’agit, puis succombe à la tentation. Nouveau renversement ; c’est maintenant au tour du jeune moine d’épier l’abbé par le même trou.  L’abbé accuse ensuite le moine, qui lui fait comprendre qu’il l’a vu (jeu dans le jeu : l’abbé se met en dessous de la belle, le moine fait une allusion aux moines qui ne doivent pas « se faire écraser par les femmes comme par le jeûne »). Ce sur quoi l’abbé renonce à lui infliger la peine qu’il mérite « au même titre que lui » et lui enjoint de garder le silence sur ce qu’il a vu. Il renvoie ensuite la fille, et le texte conclut : « mais nous avons tout lieu de croire qu’ils la firent souvent revenir ».

Thème :  l’imposture des moines. Dans ce cadre thématique, la situation topique est que  l’accusateur est accusé par celui qu’il accuse. Ce serait par ex. ACCUSATEUR_ACCUSE.  

Occurrences à rechercher.

Un jeune moine s’éprend d’une belle qu’il emmène dans sa cellule en cachette : cette situation est certainement récurrente.

Occurrences à rechercher.

L’abbé en passant devant sa cellule entend les ébats des deux jeunes gens.  Topos :  PERSONNAGE_ EPIE_ DEBATS AMOUREUX _ A TRAVERS UN TROU, absent dans SATORBASE.Le topos a une dimension topographique :scène des ébats observée par un trou de serrure ou un trou dans une paroi quelconque.  Plusieurs occurrences dans Histoire de Dom bougre, plusieurs autres dans d’autres romans libertins.  SATORBASE en contient pour l’instant une seule, issue de Jacques le Fataliste. (« Jacques qui  couche à côté de ses hôtes paysans et n’en est séparé que par une mince cloison surprend leurs ébats »).

Puis arrive son double retournement, à la fois narratif et topographique : EPIEUR _EPIE.  Le moine épie l’abbé qui les épie. L’épieur devient l’épié, mais cette fois-ci l’épieur-épié est dedans, ce qui montre bien l’importance que peut avoir la topographie dans une situation topique.

Occurrences à rechercher.

Commentaire (M. Jeay) :  Effectivement, il n’y a pas PERSONNAGE_ EPIE_ DEBATS AMOUREUX _ A TRAVERS UN TROU dans la liste des topoï de Satorbase. Mais on y trouve ÉPIER_FEMME avec deux occurrences dont la première correspond à cette situation. Dans la seconde, les détails topographiques sont différents : le personnage épie depuis un jardin. 

Je reviens donc à ma question au sujet du principe combinatoire dans la réalisation de topoï à partir d’une situation de base. Mais laquelle ? Pour la situation d’observation à la dérobée l’accent peut être mis sur le caractère sexuel avec comme variantes : la personne épiée est une femme ou un couple.  

À ce propos, il faut que je retrouve les fabliaux où un mari est amené à épier sa femme faire l’amour avec son amant.      

Il y a aussi dans la liste de Satorbase, ESPIONNER_ET_TOMBER_AMOUREUX. Et les situations où une conversation est surprise dans un jardin ou une forêt, qui posent la question de la pertinence de la dimension topographique.  

J’ai aussi, caractéristique de nombreux textes du moyen âge (mais pas répertoriée pour le moment), le scénario où un narrateur surprend une conversation ou le monologue d’un personnage qui va faire l’objet de son récit. L’accent est ici sur la position d’écoute secrète du narrateur : c’est l’oreille qui est importante et non l’oeil.  

J’ai créé le topos RAPPORTER_RÉCIT_ÉCOUTÉ_EN_CACHETTE, mais je n’ai entré qu’une occurrence. Il faut donc en ajouter. Et revenir aux textes pour voir la place qu’y jouent les précisions spatiales.    

Les nouvelles 1 et 4 révèlent des situations centrées sur la confession et l’« espionnage ». Il y a effectivement des occurrences à rechercher pour pouvoir poursuivre la réflexion.  

La conclusion de l’intrigue engendre un troisième topos : SECRET  COUPABLE_MUTUELLEMENT _PARTAGE

Occurrences à rechercher.

Cinquième nouvelle

La marquise de Monferrat repousse l’amour du roi de France qui la désire sur la foi de l’éloge de sa noblesse et de sa beauté. Il se rend chez elle en l’absence de son mari. Elle le reçoit en lui offrant un repas uniquement à base de plats de poules. Le roi lui demandant s’il n’y a pas de coq dans le pays reçoit de manière allusive un refus de son hôtesse et le roi, comprenant le message, renonce à son projet.

Je repère 5 topoï dans cette seule nouvelle

  1. Au début de la nouvelle, dans le récit-cadre précédant la nouvelle, les femmes, à la suite de la nouvelle précédente, rappellent « sans méchanceté » que l’on ne raconte pas de telles histoires devant elles. Ce serait quelque chose comme VERTU_FEMININE OFFENSEE_PAR_RECIT  ou RECIT_ OFFENSE_PUDEUR FEMININE ?
  • Le roi tombe amoureux de la femme du Marquis de Monferrat sur simple ouï-dire.  Topos : RECIT_GENERE_SENTIMENT_AMOUREUX. Curieusement, il est absent de SATORBASE.

► Occurrences à rechercher.

Commentaire (M. Jeay) : RECIT_GENERE_SENTIMENT_AMOUREUX.  J’ai des exemples : occurrences à chercher. 

À propos du refus par une femme des avances qui lui sont faites, nous avons dans la liste de Satorbase le topos suivant : FEMME_RÉSISTER_AUX_AVANCES. Toutes les suggestions de SÉDUCTION_DÉTOURNÉE posent la question de la limite qu’il y a à entrer dans trop de détails, de prendre en compte les circonstances et à multiplier les topoï. D’où le garde-fou qui avait été mis à l’effet qu’il faut au moins trois occurrences pour déterminer un topos. Sans suffisamment d’exemples, on ne peut affirmer que c’est la situation de message détourné qui est topique. La résistance aux avances prend plusieurs autres formes dont certaines sont tout aussi topiques.   

Et qui entraînent des réactions de la part de la personne rejetée, par exemple l’agression et le viol. Observer la cristallisation de plusieurs topoï en séquences récurrentes n’est pas nécessairement une déduction faite à postériori dans le cadre de la mise en évidence d’une syntaxe d’actions. Certains enchaînements narratifs sont de l’ordre, non de la structure sous-jacente, mais de la réalisation de surface. Comme un topos isolé, ils se caractérisent par leur récurrence. J’ai mentionné dans mon texte sur la « Coucherie », la séquence : Couple stérile désire enfant / Couple stérile prier naissance enfant / Enfant recevoir don surnaturel 

  • PLAT_OFFERT_CONTIENT_MESSAGE : le banquet comporte un symbole adressé à l’hôte : les poules servies au roi sont un message  caché de vertu.

► Topos à confirmer. Occurrences à rechercher.

  • La même situation, éclairée autrement, génère un autre topos : FEMMES_SOLIDAIRES_ CONTRE_ASSAUTS MASCULINS
  • Faut-il un topos « SEDUCTION_DETOURNEE » répondant à la fin de la nouvelle ? Dans SATORBASE, il y avait « SEDUCTION_PAR_MERITE ». Mais cela ne rendait pas compte de plusieurs topoï recensés ici. Car ce qui est ici déterminant c’est le REFUS.  Il s’agit bien d’un topos endémique :  quelque chose comme FEMME_REFUSE_AVANCES ? Le plus proche des topoï qui avaient été répertoriés dans Satorbase pourrait être ECHOUER_A_SEDUIRE.  Mais cela me semble trop général. Il faudrait que le topos puisse inclure le refus. Et dans ce cas très précisément, le refus par parole détournée. Ce serait donc : REFUS_AVANCE_PAR_ MESSAGE_DETOURNE  (ou par réplique bien tournée ?).

Ce même topos, éclairé autrement, pourrait une fois encore être dénommé REPLIQUE_LIBERATOIRE (cf. I,3 et I,6). Marqueur de genre ou topos ? Voir remarques plus haut.

Conclusions de ces remarques sur I,5

De ces cinq topoï, un seul, le cinquième, semble pouvoir correspondre à une dénomination topique sur SATORBASE. Les autres sont supposés et suscitent un appel à occurrences.

Conclusion théorique : En ce qui concerne le cinquième topos de cette nouvelle, il montre bien les pièges de la dénomination topique : jusqu’où faut-il étendre la prise en compte des circonstances ? Ce qui est intéressant ici c’est que l’échec de la séduction a lieu par un message détourné. Il est évident que cette situation est particulièrement récurrente. Le topos doit intégrer ce détail dans la séquence topique parce que c’est lui qui détermine la récurrence et non l’action.

Voir sur ce point mes remarques par ex. sur le topos ABANDONNER ENFANT dans mon article « De la topique à la topographie »[7] dans lequel je montre que déduire un topos d’une syntaxe d’action (or c’est ce qui était souvent le cas sur SATORBASE) ne marche pas. Ce qui décide d’un topos ce sont les circonstances narratives incluses à l’intérieur d’un cadre d’action. Lui-même peut être formalisé comme syntaxe d’actions, mais ce sont ces circonstances qui lui donnent sa pleine dimension topique. C’est toute la différence entre une déduction formelle (approche structuraliste, très présente au début des études satoriennes) et un éclairage topique qui prend en compte disons la « couleur » d’un topos – cette somme de détails qui le caractérisent.

Commentaire (M. Jeay) :Avec ABANDONNER_ENFANT, on observe la série de topoï suivante qui figurent dans Satorbase dont tous ne sont pas nécessairement actualisés dans les textes :   

Abandonner enfant / Trouver enfant abandonné / Recueillir enfant / Adopter enfant trouvé / Élever secrètement enfant / Enfant élevé par berger ou paysan 

C’est la situation de Pâris, parmi bien d’autres. Précédée d’un ensemble de topoï dont on connaît l’extrême fréquence : Ordonner tuer enfant / Désobéir ordre de tuer enfant / Faire semblant tuer enfant   

À ce sujet, n’y a-t-il pas contradiction entre les commentaires à cette nouvelle 5 et ce qui est affirmé ailleurs dans l’article ? 

Réponse de J.P. Dubost : C’est un point décisif qui concerne la démarche de cette analyse. Je synthétise ma réponse à la suite du texte.

Sixième nouvelle

Un inquisiteur cupide prend prétexte de la déclaration d’un homme affirmant qu’il a chez lui un vin si bon que le Christ en boirait, le menace de le conduire au bûcher. Celui qu’il accuse  lui graisse la patte. Sa peine réduite consiste à porter une croix, à faire pénitence chez l’inquisiteur, à y assister tous les matins à la messe et à se présenter tous les jours à lui à l’heure du repas. Entendant un jour à la messe le passage de l’Évangile où il est dit « Dieu vous le rendra au centuple et vous aurez la vie éternelle ». Il rapporte alors au repas avoir entendu une phrase de l’Évangile qui le pousse à plaindre son hôte. Interrogé par l’inquisiteur sur les raisons qui lui ont fait retenir ce verset, il lui dit que, ayant constaté que lui et ceux qui l’entourent offrent à leur porte la soupe aux pauvres, il s’imagine Dieu la leur rendant au centuple jusqu’à ce qu’ils finissent par s’y noyer. Ce sur quoi l’Inquisiteur ayant compris la leçon « lui ordonne de suivre son bon plaisir sans jamais comparaître devant lui ».

Situation générale : encore un récit d’imposture sur fond de logique narrative ruse/contre-ruse.  Mais encore aussi une nouvelle dont le basculement final repose sur une réplique libératoire. La première partie de la nouvelle correspond au thème de la cupidité des clercs, inclus dans la thématique de l’Église corrompue (voir  I,2) et la suite  accuse leur hypocrisie.

Il y a deux occurrences incluant la notion de ‘cupidité’ dans SATORBASE, mais il s’agit dans les deux cas de violence coloniale. Or la cupidité des clercs est un trait distinctif qui resserre la recherche. Ici c’est l’abus de pouvoir du clerc qui compte. C’est une thématique qui peut conduite à une dénomination topique.

A la fin de la nouvelle on retrouve le topos (ou marqueur de genre, voir remarques plus haut concernant I,4)  REPLIQUE_LIBERATOIRE.

Commentaire (M. Jeay) : Pour la « réplique libératoire » et le « trompeur trompé », il s’agit de situations si fréquentes dans les fabliaux, les nouvelles et les farces, qu’elles conduisent à se demander si cela ne leur enlève pas de la pertinence. Ce serait un point à débattre. À partir des Facéties du Pogge, plusieurs recueils de nouvelles s’articulent autour de la mise en scène de réparties libératoires, par exemple, les Nouvelles récréations et joyeux devis de Bonaventure des Périers. 

Septième nouvelle

Récit enchâssé. Bergamino est invité à une grande fête donnée par Can della Scala, un riche Florentin. Celui-ci annule au dernier moment la fête et dédommage tous les invités sauf Bergamino. Après avoir attendu vainement dans une auberge que Can della Scala se souvienne de lui, il vient s’assoir à une table. Et quand celui-ci lui demande ce qui l’attriste, il lui raconte le récit d’Hugues Primas d’Orléans (Primasso dans la nouvelle), savant mais misérable, qui, ayant entendu parler d’un très riche abbé de Cluny habitué à offrir son pain à quiconque est assis à sa table, se rend dans son couvent. Mais l’Abbé arrivant dans le réfectoire s’aperçoit de sa présence et retourne dans sa cellule, demandant qui donc est ce ribaud. Primas mourant de faim, dévore les trois pains qu’il avait apportés avec lui. L’abbé est d’abord pris de remords devant sa soudaine avarice et quand il apprend enfin de qui il s’agit, le fait habiller décemment, lui offre de l’argent, un cheval et le laisse libre de partir ou de rester, ce sur quoi Primas remercie et s’en va. Can della Scala comprend parfaitement la leçon et agit de même envers Bergamino.

D’un point de vue thématique, le sujet de la nouvelle est l’avarice, comme celui de la nouvelle suivante. Mais du point de vue de l’action, le basculement narratif réalise une configuration narrative dont la dénomination topique pourrait être AVARE_REPENTI (voir nouvelle suivante).

Occurrences à trouver encore.

On retrouve ici le topos REPLIQUE_LIBERATOIRE  comme en I, 6  et I,5.

C’est la troisième occurrence.

topos confirmé, sauf si nous décidons que c’est plus un marqueur de récit court qu’un topos (voir plus haut les remarques de M. Jeay).

Huitième nouvelle

Encore une histoire d’avarice sur fond de satire sociale. C’est celle du riche Ermino de’ Grimaldi (nommé Ermino Avarizia). Guglielmo, personnage infatué, désireux de reconnaissance, veut rencontrer Ermino dont il entend raconter toute la pingrerie. Ermino le reçoit agréablement et l’amène visiter une fort belle maison qu’il vient de faire construire. Il lui demande de lui suggérer quelle chose d’encore  « jamais vu » qu’il pourrait faire peindre dans une grande salle. Guglielmo lui répond « Faites-y peindre la courtoisie », ce qui provoque chez Ermino un tel sentiment de honte qu’il lui promet de le faire et devient à partir de ce jour connu pour sa générosité.

Thématique de conversion morale et moment de basculement final.  Elle permet de voir apparaître entre la nouvelle précédente et celle-ci le topos AVARE_REPENTI.  

Neuvième nouvelle

Même logique : un personnage provoque un sursaut moral chez un autre par la force de l’allusion. Résumé : une femme de Gascogne est violée à Chypre au retour d’un pèlerinage au Saint-Sépulcre. Elle s’adresse au roi de Chypre connu pour sa pusillanimité en lui en faisant le reproche par allusions et mots détournés. Sur quoi le roi venge l’outrage fait à la Dame et abandonne toute faiblesse. 

Il s’agit bien à la fin d’un viol vengé. Or sur SATORBASE on ne voir que VENGER_ (SE)_DE_VIOL.

Il faudrait donc distinguer VENGER _ VIOL (qui correspond à cette situation : un viol est vengé par un tiers) de VENGER_ (SE)_DE_VIOL correspondant à l’occurrence de Jean-Pierre Camus donnée sur SATORBASE (auto-justice).

Dixième nouvelle

Le discours introductif dont la nouvelle expose un cas est la question de la répartie féminine et un appel aux femmes à s’émanciper du rôle d’objet passif dans lequel les hommes les contiennent. C’est l’histoire de Maître Alberto da Bologna, médecin qui jouissait d’un grand prestige et qui à soixante-dix ans s’éprend d’une belle veuve lors d’une fête. Il passe et repasse devant la fenêtre de la femme dont il vient de s’éprendre, ce qui amuse bien celle-ci et nombre de ses amies. Celles-ci décident alors de railler l’amoureux. Un jour de fête, elles l’invitent et lui rappellent qu’il devrait savoir à quel point la belle veuve est courtisée par de beaux jeunes hommes. Blessé par cette remarque, il répond de manière détournée en disant qu’il avait souvent vu des femmes manger des poireaux et des lupins et que, bien que  rien ne soit bon dans le poireau, le plus savoureux est la tête que l’on tient dans sa main quand on le mange, alors que si l’on en jetait tout le reste on en garderait le meilleur – et que, si la belle veuve en faisant autant avec ses amoureux, ce serait lui l’élu. La réplique qui lui est donnée froisse le prétendant qui se retire en riant. La femme, conclut la nouvelle, « ne prenant pas en compte à qui elle parlait, pensant vaincre, fut vaincue ». 

L’amoureux passe et repasse devant la fenêtre de la femme désirée : topos à connotation topographique. C’est une pratique ordinaire du ‘cortegiano’ que l’on retrouve (de mémoire) dans plusieurs récits.   

Dénomination proposée :  AMOUREUX_PASSE_ET_REPASSE_DEVANT_FENETRE.

Occurrences à rechercher.

Commentaire (D. Maher) :  La FENETRE est-elle un lieu ?  – s’évader – amant ou même le simple regard ? frontière entre deux sphères d’action. Elle fait partie néanmoins de la topographie. Frontière qui demande à être franchie, soit par le regard, soit physiquement en entrant ou en s’évadant. Elle est liée à la notion de contrainte – toute sortie ou entrée par une fenêtre est transgressive et souvent topique.  

La fenêtre semble aussi faire partie de topoï qui génèrent d’autres topoï. Donc il y a enchainement de topoï :

ECHAPPER PAR FENETRE REUNIR AMANTS               EMBUSCADE FENETRE RETOURNER SITUATION
REGARD PAR FENETRE DECLENCHER PASSION           SIGNE A LA FENETRE PERMETTRE RDV          etc.

Venger un viol a une finalité que passer et repasser devant fenêtre n’a pas.

Réponse de J.P.Dubost. Oui et non,  car passer et repasser sous une fenêtre implique une suite (une réaction de la « femme à la fenêtre » à celui qui passe et repasse). La finalité  est implicite, elle est pour ainsi dire dans ce cas absorbée dans la scène. Il est intéressant de constater que  SIGNE A LA FENETRE en est souvent (toujours?) l’image inversée. Passer et repasser est un signe adressé indirectement de l’homme à « la femme à la fenêtre ». Ce ballet « fait signe ». Selon la façon que le topos a de jouer sur ces divers éléments topographiques sa finalité change. Et si l’on fait maintenant un grand bond dans le temps, dans une perspective topique intermédiale il suffit de penser aux tableaux de Delveaux, Magritte, etc. où l’homme n’existe plus et où le tableau représente la femme vue de dos regardant vers un paysage vide. 

La pointe finale de la nouvelle pourrait être dénommée REPLIQUE_MALHEUREUSE (la dame en répliquant repousse le prétendant par une répartie maladroite).

Occurrences à rechercher.

 BILAN DE L’ANALYSE

Récapitulation des conclusions théoriques et pratiques

►Nécessité d’intégrer une dimension topographique (voir remarques dans l’analyse de I,1)

►Nécessité d’intégrer une perspective intermédiale

►Nécessité de prendre en compte ce que j’appelle « l’éclairage topique » (nature multidimensionnelle d’une même séquence topique : cf. mes remarques concernant le 5ème topos relevé dans I,5). En  abandonnant la dérivation de topoï à partir d’une matrice syntaxique et sémantique qui mêle le thématique (dimension sémantique) et le topique (mixte de syntaxe et de sémantique), il devient possible de rendre compte de différents éclairages interprétatifs qui permettent de traiter les situations repérées comme topiques de façon multiple : une même séquence topique devient alors multidimensionnelle.

► Ajoutons un dernier point : celui de l’enchaînement topique :

Dans le cas de I,10 on aurait par exemple l’enchaînement topique suivant : 

AMOUREUX_PASSE_ET_REPASSE_DEVANT_FENETRE→REPLIQUE_MALHEUREUSE

Dans I,5 on aurait :

SEDUCTION_DETOURNEE →  REPLIQUE_LIBERATOIRE

Et en I,10  : 

AMOUREUX_PASSE_ET_REPASSE_DEVANT_FENETRE→  REPLIQUE_MALHEUREUSE

Etc.

Dimension théorique de ce point :  le processus d’enchaînement topique relève autant d’une logique combinatoire qui peut être de nature consciente, ludique et parodique (les mêmes enchaînements sont rejoués, détournés, ironisés, dé-finalisés etc.). Il peut aussi s’agir de procédés de montage et d’assemblage en chaîne internes à un texte donné etpropres à l’imagination romanesque ouverte au hasard (cf. nos réflexions sur la topique de la rencontre[8] et le texte introductif de Stéphane Lojkine dans l’ouvrage Fictions de la rencontre dédié à Scarron)[9].  L’un et l’autre ne s’excluent pas et jouent souvent ensemble.

Réponse globale de J.P. Dubost aux commentaires de D. Maher et M. Jeay

Suite aux commentaires de Madeleine Jeay et Daniel Maher qui soulèvent d’importantes questions, je voudrais  expliciter ma démarche en me limitant à l’essentiel. Jusqu’à maintenant le thésaurus retenait uniquement la résilience d’un topos comme figuration narrative. Il ne pouvait pas en revanche rendre compte des glissements de sens qui ont lieu dans et par la récurrence topique. Mon intention est ici de mettre l’accent sur l’irréductible dilemme de la dénomination topique, que l’on peut formuler ainsi :  1. Si l’on met l’accent seulement sur la récurrence topique comme retour du même ou retour des mêmes éléments recombinés par permutation (« combinatoire »), la formalisation qu’on en donne afin d’alimenter le thésaurus peut ne pas rendre  compte de tous les glissements de sens générés par la récurrence topique (qui sont le moment créatif du topos narratif et correspondent à l’invention  rhétorique antique sur l’arrière-fond d’une doxa). Il lui faut pour arriver à le faire aller dans le détail de chaque situation 2. Mais  si on met à l’inverse uniquement l’accent sur ces glissements de sens et que l’on se perd dans les détails  la formalisation topique tend à devenir floue, au risque même de se dissoudre.  Mais comme le recyclage topique relève toujours (et pas seulement  en fiction) plus ou moins de l’un et de l’autre à la fois (répétition et différence)   toute la question est de savoir justement comment placer au mieux le curseur dans la traduction formelle que nécessite une base de topoï. C’est une question de gradualité et ce n’est pas facile. Le « garde-fou » qui était la règle au début de l’analyse satorienne (on ne peut affirmer qu’un topos est un topos que si on le retrouve au moins trois fois) était un expédient dû au fait que justement le dilemme de la dénomination topique n’était pas clairement problématisé.  C’est à mon sens une des raisons qui explique que l’activité satorienne se soit plus concentré sur les colloques que sur l’alimentation de la base, toujours délicate pour les raisons que je viens de donner.  On peut et doit espérer que dans le nouveau thésaurus que nous cherchons à concevoir cette traduction formelle sera plus souple et plus nuancée que ce que permettait l’ancien thésaurus. C’est pourquoi j’insiste sur le fait  que plusieurs éclairages topiques sont possibles pour le même topos. Cette analyse topique de la première journée du Décaméron, elle-même entreprise pour « mettre à l’épreuve » SATORBASE, concrétise les réflexions développées dans l’introduction du n° 3 de TOPIQUES. En concrétisant mon approche, j’ai été tout naturellement conduit à insister sur ce que j’appelle multiplicité topique et éclairage topique. En ce qui concerne la question de la topographie, je renvoie aux deux articles du n° 3 de TOPIQUES que j’ai consacrés à ce sujet. Il ne s’agit pas simplement de prendre acte du fait qu’une action a lieu dans un lieu et de désigner ce lieu dans la dénomination topique,  mais de considérer que la dimension topographique d’une séquence topique est dans certains cas elle-même aussi signifiante et agissante que l’est une logique d’action ou de « possibles narratifs » (Daniel Maher en donne plus haut de bons exemples).  Mais ce n’est pas de la même notion d’action qu’il s’agit dans les deux cas. La logique d’action des possibles narratifs est un faire, la dimension spatio-temporelle ouvre une fenêtre sur un monde. Qu’elle prenne une dimension esthétique très différente selon le contexte historique et culturel est l’évidence même. Il y a encore bien des points de discussion que nous aurons l’occasion d’aborder dans nos discussions à venir.

Les 16 nouveaux topoï proposés

MORIBOND_CONFESSION_MENSONGERE  ou  PENITENT_IMPOSTEUR

CONFESSION_FARCE

SECRET_EVENTE

PERSONNAGE_ EPIE_ DEBATS AMOUREUX _ PAR UN TROU

EPIEUR_EPIE

RECIT_ OFFENSE_PUDEUR FEMININE

SECRET  COUPABLE_MUTUELLEMENT _PARTAGE

RECIT_GENERE_SENTIMENT AMOUREUX

PLAT_OFFERT_CONTIENT_MESSAGE 

FEMMES_SOLIDAIRES_ CONTRE_ASSAUTS MASCULINS

AVANCE_REFUSEE _PAR_ MESSAGE_DETOURNE 

REPLIQUE_LIBERATOIRE

VENGER _ VIOL   (à distinguer de VENGER_(SE)_DE_VIOL présent sur SATORBASE)

AVARE_REPENTI

AMOUREUX_PASSE_ET_REPASSE_DEVANT_FENETRE

REPLIQUE_MALHEUREUSE

LEXIQUE

Cette analyse a utilisé un certain nombre de concepts constituant un lexique propre à la SATOR et en propose d’autres (marqués par un astérisque) :

Analyse topique

Catégorie

* Découpage topique

* Éclairage topique

Enchaînement topique

Lieu topique (dans un texte)

* Multiplicité topique

Repérage topique

Thème, thématique

Topos

Topographie


[1] Malheureusement, la dernière version  de SATORBASE est devenue depuis quelques mois inactive. Une version antérieure mais déjà bien fournie a pu être récupérée par Daniel Maher récemment. Elle est encore accessible par le lien suivant :  http://perec.mcmaster.ca/satorbase.

[2] Giovanni Boccaccio, Decameron, a cura di Amedeo Quondam, Maurizio Fiorilla e Giancarlo Alfano, in collaborazione con l’associazzione degli italianisti, dodicesima edizione, BUR Rizzoli Cassici, Mondadori, Milano, 2019.

[3] Nous nous reférons à la liste des catégories répertoriés sur Satorbase (état mai 2010) indépendamment de la liste de topoï. Mais de plus elle n’était pas cohérentepuisqu’elle rassemble des choses aussi disparates que AVEU, SEDUCTION, DEGUISEMENT ou INFIDELITE. Mais quand on active la fonction recherche on découvre des choses hétéroclites.  En quoi le topos « Homme approuver infidélité » relève-t-il de la tromperie ? On trouve même en le faisant un topos de FIDELITE ! (Par fidélité un combattant essaie de ne pas blesser l’autre), l’opposé même de la  tromperie. Il y a consensus sur la nécessité de renoncer à cette liste de catégories dans la nouvelle base de topoï.

[4] Cf. dans la rubrique Colloques les actes du XXVIIe colloque de la SATOR, Imposture et fiction dans les récits d’Ancien Régime, Hermann, 2016.

[5] Le père Dirrag confesse Mlle Eradice en la priant de s’agenouiller devant lui sur un prie-Dieu afin de la « confesser » par derrière avec son « cordon de Saint François » (Romanciers libertins du XVIIIe siècle, Gallimard/Pléiade, t. I, p. 884-891). Cf. mon article « Le corps de Psychè : du mythe antique à l’illustration libertine », ds Monique Moser-Verrey, Lucie Desjardins, Chantal Turbide (eds.), Le corps romanesque. Images et usages topiques sous l’Ancien Régime, La république des lettres, Hermann, 2015 (actes du XXe colloque de la SATOR, Montréal, 2006), p. 566-567.

[6] Sur cette dimension topographique du topos, voir le n° 3 de TOPIQUES, Topos et topographie.

[7] Cf. TOPIQUES, n° 3, Introduction.  

[8] Cf. J.P. Dubost (éd.), Topographie de la rencontre dans le roman européen, PUBP, Clermont-Ferrand, 2005.

[9] Stéphane Lojkine, Pierre Ronzeaud (éds.), Fictions de la rencontre. Le roman comique de Scarron, Éditions Aix-Marseille Université, 2011.


Une réponse sur “Mise à l’épreuve de SATORBASE par la lecture du Décaméron. Jean-Pierre Dubost”

  1. Un détail qui me vient après coup. Pour le topos proposé par Madeleine Jeay, RAPPORTER_RÉCIT_ÉCOUTÉ_EN_CACHETTE, on trouve une occurrence dans La Précieuse ou le mystère des ruelles de Michel de Pure (1656-1659), édition Myriam Maître 2010, p. 399-400. Un homme se promène seul au Jardin de l’Arsenal et voit venir « certaine troupe de dames fort bien faites ». Il se rapproche pour les écouter. « La nuit qui semblait favoriser leur liberté fut seule qui trahit leur dessein. Car comme je vous disais, je me glissai et m’approchai si près d’elles, que je pus entendre distinctement tout ce qu’elles disaient les unes aux autres ». La suite sera l' »Histoire de trois précieuses ».
    Après la rencontre, les dames promettent de se retrouver au même endroit le surlendemain pour raconter d’autres histoires. Le personnage masculin dit avoir assisté encore en cachette mais ne raconte pas cette deuxième rencontre dans l’espace du texte (p. 408).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.