En mémoire de Max Vernet

Une fois encore la SATOR perd une de ses figures majeures. Max Vernet vient de nous quitter le 24 février. Un certain nombre d’entre-nous l’ont bien connu. Ils se souviennent  de son ton combattif, de sa vivacité d’argumentation, du plaisir qu’il prenait à batailler sur tel ou tel point, de son humour cinglant, de sa vitalité un peu bourrue qui donnait à ses interventions, mais aussi au style de ses articles, une tonalité inimitable. Mais ceux qui l’on côtoyé se souviennent aussi de sa grande générosité, de sa communication franche et directe, rusée et amicale à la fois Jan Hermann nous le dit très justement : « Je suis profondément touché par la disparition de Max Vernet. Quand, jeune docteur fraîchement promu, j’ai fait sa connaissance – à Montpellier je crois – je trouvais en lui un censeur sévère, rôle qu’il a confirmé par la suite en me tenant longtemps, mais discrètement, à distance. Je regrettais alors de pas pouvoir m’attirer la sympathie d’un chercheur de son intelligence, que j’admirais beaucoup pour la profondeur et l’originalité de ses réflexions. Une bonne douzaine d’années plus tard, quand j’ai pu davantage me rapprocher de lui – à Montréal – j’ai connu un autre Max Vernet : un homme de bonne volonté, avec un grand cœur, qui cachait sous un air parfois un peu bourru une âme sensible, compatissante et très vulnérable. J’ai compris que Max se reprochait de blesser involontairement des gens à cause  d’une sorte de maladresse dont il aurait voulu se débarrasser. Depuis ce jour-là, je n’ai cessé d’admirer sa personnalité complexe et riche. » Rendons ici hommage à  son engagement soutenu pendant de nombreuses années dans les travaux de la SATOR dont il a été l’une des têtes pensantes, quand la SATOR était à la recherche d’une méthodologie qui puisse faire consensus et assurer sur la longue durée la continuité de ses recherches. Si la communauté satorienne est restée soudée jusqu’à aujourd’hui et n’a jamais perdu de sa vitalité en dépit de son statut institutionnel toujours quelque peu flottant, de son peu d’assise financière et de sa dispersion sur plusieurs continents, c’est bien parce que des personnalités comme lui ou comme Nicole Boursier, Eglal Henein, David Trott, Michèle Weil, Jan Hermann, Pierre Rodriguez et tant d’autres encore ont beaucoup donné de leur temps et de leur énergie à la SATOR dans ces années décisives où tout était à construire. « Max était à la fine pointe des avancées des recherches linguistiques assistées par l’informatique et je me souviens aussi de ses démonstrations sidérantes appuyées par les bases de données de ARTFL-FRANTEXT », nous dit Monique Moser. Il a joué un rôle décisif dans le passage de Toposator à SATORBASE. « Pendant trois ans (1996-1999) », rappelle Madeleine Jeay,  « j’ai participé avec Max aux travaux du groupe de recherches qui avait été initié à l’Université de Toronto par Nicole Boursier et David Trott. Nous avions des rencontres mensuelles de travail. Il s’agissait d’adapter pour l’internet Toposator, l’outil de stockage des topoï réalisé à l’Université de Montpellier et qui n’était accessible que sur CDRom. À l’initiative de Max qui enseignait au département de français de l’Université Queen’s de Kingston, nous avions engagé Stéfan Sinclair qui faisait son doctorat sur l’Oulipo au même département et qui a conçu Satorbase. Le fruit de nos discussions animées a été de mettre au point la fiche standard telle qu’elle apparaît dans Satorbase : identification du topos avec sa dénomination abrégée, phrase qui explicite cette dénomination, occurrence dans l’œuvre où ce topos a été repéré, référence à cette œuvre. De ce groupe de travail, il ne reste plus que Nicole Boursier et moi. »

A ceux qui se demandent comment travailler sur ce que la SATOR entend par topos, on pourrait conseiller la mise au point limpide, qui n’a pas pris une ride, ramassée sur trois pages, « Topos et niveau d’abstraction », présentée à New York au colloque de Fordham en 1989, dont la conclusion ouverte caractérise bien ce qui lui tenait à cœur avant tout – à savoir une dynamique d’intelligence collective sans cesse capable de se renouveler. Au terme d’un procédé de filtrage théorique rigoureux, il conclut en effet son texte en disant qu’une fois le juste niveau d’abstraction trouvé, le repérage topique prend pour ainsi dire son envol théorique : « Ici, il n’y a plus de règle ; le choix de la formulation doit dépendre, à mon avis, de son efficacité. Sera la bonne définition celle qui permettra de produire un travail intéressant : une liste d’occurrences suffisamment longue  pour que soient vérifiées et la récurrence et la   cohésion du topos […] Le topos narratif est donc encore à l’état virtuel et son réemploi (qui n’est autre chose que sa condition d’existence comme topos) n’est pas l’effet d’une prescription du  type de celle qui lie un type à un token (le réemploi d’un lexème répertorié), mais de la constitution d’un niveau intertextuel que nous découvrons du même mouvement que nous repérons le topos ».  Ce lien entre l’efficacité du traitement topique et la nature virtuelle du topos, on le retrouve encore dans la communication tout aussi brillante et irritante qu’il avait donnée au colloque de Clermont-Ferrand en 2005, dont le titre amusé et ironique –  Textament – était censé annoncer son retrait de la scène satorienne. Présenté explicitement comme’ testamentaire’, cette réflexion sur la virtualité du topos qu’il disait devoir beaucoup au travail de l’équipe qu’il avait constitué autour de lui à Kingston (dont Stéfan Sainclair faisait partie), était placée sous l’égide à la fois de Gilles  Deleuze (« Le virtuel possède une pleine réalité en tant que virtuel ») et de Pierre Lévy qui demandait, dans un texte dont Max Vernet s’est inspiré,  « qu’on prenne la peine d’appréhender, de penser, de comprendre dans toute son ampleur la virtualisation ». La conclusion de ce texte encore stimulant était que « nos  topoï, ces ‘configurations narratives récurrentes’, sont des virtualités d’occurrences, des sortes de nœuds de problèmes dont les occurrences seraient la solution toujours  inattendue. » Et il soulignait que la virtualité est « ce qui prend en charge la répétition », raison pour laquelle, une fois un topos repéré avec un juste niveau d’abstraction,  il n’est pas possible de prévoir l’événement de sa récurrence, son caractère surprenant et imprévu. Ce que Max voulait absolument, c’était ne surtout pas lâcher les deux bouts de la chaîne  – d’une part pousser par des procédés informatiques le plus loin possible la possibilité de faire surgir des topoï, d’autre part les trouver en les inventant par la réflexion. Ce texte à l’argumentation très serrée est un hommage à la capacité de problématisation  de l’analyse topique, sans laquelle la SATOR ne ferait que tourner dans une tautologie vaine circulant à vide entre « la banalité du topos » et « l’originalité de l’occurrence ». Ce « textament » était écrit pour le futur, pour que la SATOR reste en projet, bien loin  d’une simple entreprise d’inventaire. Max Vernet ne s’est d’ailleurs ensuite pas vraiment éloigné de la SATOR, puisqu’il a suscité quatre ans plus tard la tenue de ce double colloque de Bellay en 2009, où  les journées internationales Jean-Pierre Camus, dont il était un si grand connaisseur, et le XXIIIe colloque de la SATOR consacré au récit exemplaire, ont eu lieu en parallèle en même temps.  La posture de l’adieu était en fait un appel à ne surtout pas abandonner la puissance de virtualisation que permet une base de données : « Vingt ans de virtualisation méritaient bien la petite cérémonie de mémoire à laquelle vous avez eu la bonté de prêter attention, et l’invite que je voudrais vous faire, en me retirant, à ne pas laisser inactualisées toutes les virtualités de découvertes que retient peut-être, dans sa réserve, SATOR » nous disait-il en 2005. Tout porte à penser que les dix-huit années qui nous séparent de cette petite ‘cérémonie de mémoire’ n’ont cessé de répondre à cet appel et que nous lui devions bien d’y répondre par celle-ci.  Merci Max !



Citer ce billet
Jean-Pierre Dubost (2024, 5 mars). En mémoire de Max Vernet. SATOR. Société d'analyse de la topique romanesque. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vygn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search