SATOR. Société d’analyse de la topique romanesque

Les études satoriennes : historique de trois décennies de recherche

La SATOR (Société d’Analyse de la Topique Romanesque) fut créée à la Sorbonne en 1986 sur l’initiative d’Henri Coulet († 2018), de Eglal Henein (Tufts Univ.) et de Nicole Boursier (Univ. of Toronto). C’est depuis 1987 une association selon la loi de 1901. Elle mène de front le repérage, le stockage informatique, l’analyse et l’utilisation scientifique de configurations narratives récurrentes (ou ‘topoï’). [i] Elle a été très tôt pionnière dans le domaine des humanités numériques, avant même que le terme existe, à une époque où très peu de littéraires osaient encore se lancer dans ces domaines.
Ses statuts ont été renouvelés en 2012 afin de prendre mieux en compte son évolution scientifique récente et l’extension du périmètre de ses recherches : ouverture à des textes narratifs non romanesques, ouverture aux littératures de l’Antiquité, à des littératures extra-européennes, ouverture à une analyse topique transmédiale (littérature, peinture, film, série télévisées).
Elle repose sur un large réseau de chercheurs exerçant dans de nombreux pays et mène de front et sans interruption depuis 34 ans une activité scientifique soutenue, notamment par l’organisation de colloques annuels qui ont été organisés de part et d’autre de l’Atlantique et ailleurs dans le monde (USA, Canada, France, Portugal, Maghreb, Australie et Afrique du Sud). Ces colloques annuels, qui ont généré une très riche bibliothèque satorienne d’une trentaine de publications, sont à chaque fois l’occasion d’explorer la topique romanesque par le biais d’entrées méthodologiques et thématiques différentes (pour ne donner que quelques exemples : « Violence et fiction jusqu’à la Révolution » (1994) « Homo narrativus » (1997), « Topique de la fuite » (1998), « Féminités et masculinités dans le texte narratif avant 1800 » (2000), « Locus in fabula » (2001), « Tempus in fabula » (2004), « Topographie de la rencontre dans le roman européen » (2005), « Topique du public et du privé » (2010), « Fictions de l’imposture » (2013), « Topiques érotiques » (2014), « Maîtres et disciples » (2015), « Roman rose/roman noir » (2017), « Sons, voix, bruits et chants » (2019)).
Parallèlement, la SATOR s’est engagée très tôt dans la mise en place d’un thésaurus informatisé de topoï. Ce travail a commencé dans les années 1990 à l’Université de Montpellier où a été conçu Toposator, qui fut le premier outil numérique créé par la SATOR pour la mise en place d’un thésaurus de topoï littéraires. Un nombre non négligeable d’initiatives ont suivi et de nombreuses synergies sont apparues, notamment entre la France et le Canada. Le travail lancé à Montpellier a été poursuivi à l’université de Toronto. En 1997 Stéfan Sinclair (McGill Univ.) adapte à l’internet les données logées dans Toposator et l’intègre au site de la SATOR, Satorbase (https://www.satorbase.org, site devenu récemment impraticable et inaccessible), qui a été géré et alimenté par les membres de la SATOR pendant 22 ans (de 1997 au printemps 2020).
Parallèlement, les « Satorien.ne.s » ont développé des initiatives proches : le projet interdisciplinaire POLIMA (Le Pouvoir des listes au Moyen Âge) mené par Madeleine Jeay comporte une base consacrée aux énoncés énumératifs (http://polima.huma-num.fr/). Suzan Van Dijk (Huygens Institute for the History of the Netherlands, Amsterdam) a de son côté élaboré une banque de données consacrée aux femmes écrivains (http://resources.huygens.knaw.nl/womenwriters) tandis que Jan Herman (U. K. Leuven) s’intéressait à la topique préfacière et qu’Eglal Henein (Tufts University), co-fondatrice de la SATOR, élaborait la mise en ligne de l’Astrée (https://astree.tufts.edu/_analyse/accueil.html). La base de données Utpictura18 créée par Stéphane Lojkine en 2001 met en ligne et analyse des images du Moyen-Âge au XVIIIe siècle (enluminure, dessin, gravure, peinture, sculpture, tapisserie…etc) dont le point commun est le rapport fort qu’elles entretiennent avec la littérature, soit qu’elles l’illustrent soit qu’elles la nourrissent.
Plusieurs projets de recherche ont été aussi menés ces dernières années, notamment le projet TOUCHER développé par des satoriens des universités canadiennes de Mc Master, Montréal, Calgary et Victoria qui avait pour objectif d’élaborer une méthodologie de la recherche automatisée de topoï et qui a permis de travailler en amont à la modification du thésaurus de topoï appelé à migrer dans un avenir proche avec une architecture renouvelée à l’université de Victoria.
Une étape importante a été franchie en 2016 lorsque a été créé à l’initiative d’Hélène Cazes à l’université de Victoria la revue en ligne TOPIQUES. Etudes satoriennes (https://journals.uvic.ca/index.php/sator) qui édite un numéro par an et qui est désormais indexée sur Erudit.

Le carnet sator.hypotheses.org, nouvelle porte d’entrée de la SATOR

Ce carnet est conçu pour être le ‘portail d’entrée’ de la SATOR. Il concerne plusieurs types d’utilisateurs. En premier lieu celles et ceux qui gardent la mémoire de l’époque où il s’agissait tout d’abord de s’entendre sur ce qu’est un topos ou à débattre de tel ou tel point méthodologique, qui ont contribué à ouvrir la recherche topique à de nouveaux domaines et à redéfinir ses orientations. Car la SATOR est en mouvement depuis son origine. Elle n’a jamais cessé de se réinventer – par l’affinement des méthodologies d’analyse de la topique narrative, par l’extension de son champ historique de recherche et par l’ouverture générique. Les recherches satoriennes, à l’origine limitées à la littérature romanesque française jusqu’à 1800, se sont progressivement ouvertes aux littératures européennes, de l’Antiquité à l’époque moderne et contemporaine, ainsi qu’aux littératures extra-européennes et à de nouveaux genres (film, séries télévisées). Elles se sont enrichies par l’intégration de nouvelles problématiques (gender studies, topique intermédiale). La SATOR a aussi beaucoup évolué dans son approche de l’analyse topique. Alors que les premières années étaient encore marquées par une approche d’inspiration plutôt structuraliste, son approche est devenue plus intuitive, plus complexe et plus riche. L’évolution des dernières années reflète ces changements de paradigme, mais le phénomène topique reste ce qui rassemble les chercheurs venus de nombreux horizons de la recherche littéraire. Et ce qui la caractérise profondément, à savoir le double travail d’analyse littéraire et de repérage topique numériquement assisté, continue de définir son identité.

Ce carnet de recherche s’adresse aussi au cercle élargi de tous ceux qui sont intéressés par l’analyse topique telle que la SATOR la pratique et par les nombreux débats qui animent sa recherche collective. Il se veut donc non seulement la vitrine scientifique des recherches satoriennes, mais aussi un lieu d’information et d’échanges. Mais il doit aussi être une invite adressée aux personnes intéressées par l’analyse topique à rejoindre le travail de la SATOR, à participer à ses colloques, séminaires et ateliers et à contribuer aux numéros de la revue TOPIQUES. Etudes satoriennes vers laquelle il renvoie, tout comme il renvoie aussi au thésaurus informatisé des topoï narratifs. Cette base de données est en train d’être considérablement améliorée par rapport à la version antérieure, telle que l’on pouvait la consulter sur l’ancien site SATORBASE. Son architecture est désormais conçue comme susceptible de s’enrichir elle-même par des procédures d’exploration de situations topiques grâce à l’intégration d’une bibliothèque de textes numérisés vouée à s’étendre et à l’utilisation de mots-clés permettant des recherches transversales entre topoï. Grâce à ces nouvelles fonctionnalités la base de données incitera désormais tout autrement et de façon bien plus interactive à la recherche de topoï littéraires.


Une réponse sur “SATOR. Société d’analyse de la topique romanesque”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.